Des nouvelles du Comité des finances et du développement économique

En février, mes collègues et moi avons adopté unanimement une motion concernant les documents sur le processus d’approvisionnement de l’Étape 2 du train léger et l’avis juridique de Norton Rose Fulbright, et demandé au personnel de se pencher sur les moyens de nous améliorer pour les prochains projets municipaux de la sorte.

Plus précisément, la motion visait à enjoindre au directeur municipal de faire ce qui suit :

  • Documents d’approvisionnement : Publier les résultats de conformité technique, les évaluations techniques et les modifications particulières apportées au contrat pour garantir la conformité du projet aux directives du Conseil pour l’Étape 2. Vous pouvez consulter ces documents ici.
  • Documents juridiques : Demander à la Ville de renoncer à son privilège du secret professionnel pour l’avis juridique donné par Norton Rose Fulbright le 23 octobre 2018 à propos du processus d’approvisionnement. L’avis juridique se trouve dans ce document.
  • Amélioration constante : Engager un consultant indépendant pour déterminer les leçons à tirer du processus d’approvisionnement de l’Étape 2 (l’étendue de ce travail reste à déterminer). La rétrospection est primordiale, particulièrement pour les projets complexes. En tant que Ville, il est essentiel de réfléchir à notre approche et de la remettre en question afin de nous améliorer. Il faut faire tout en notre pouvoir pour protéger l’argent des contribuables et concrétiser la grande vision du transport en commun sur laquelle nous travaillons.

Grâce à cette motion de fond, le Conseil et le public auront une meilleure vue d’ensemble sur le processus d’approvisionnement de l’Étape 2, une démarche complexe. Il s’agit d’une discussion importante que nous aurons lors de la réunion extraordinaire du Comité des finances et du développement économique, le lundi 9 mars. Encore plus important, le consultant pourra terminer ses travaux à temps pour que l’on puisse appliquer les leçons apprises à l’Étape 3, celle qui aura le plus de répercussions sur notre quartier. Il y a plus de mille pages de documentation, que mon équipe et moi éplucherons cette semaine avant la réunion de lundi.

Lors de la réunion, une partie de la discussion sera consacrée à l’état du service de train léger et à ce qui doit s’ensuivre. La situation actuelle du transport en commun est absolument inacceptable, ce qui m’irrite au plus haut point. Beaucoup d’entre vous m’en ont fait part, et j’ai pu le vivre moi-même : les ratés du transport en commun ont un effet réel et tangible sur notre quotidien. Le Conseil doit trouver rapidement le moyen de dénouer cette impasse. Je sais que toutes les options sont envisagées, y compris celle de revenir au service d’autobus et d’annuler les contrats. Il n’y a pas de solution simple. Nous devons agir de manière responsable en tenant compte des conséquences, et voir à rétablir un service de transport en commun fiable pour les Ottaviens.