Mise à jour du Conseil municipal

Programme particulièrement chargé, aujourd’hui, pour le Conseil, qui a abordé des questions d’importance pour notre quartier et pour la ville entière. Bon nombre des sujets sur lesquels je travaille directement comme conseillère du quartier et à titre de présidente du Comité des services communautaires et de protection figuraient en bonne part à l’ordre du jour.

Motion de soutien aux survivants de la violence familiale et d’agressions sexuelles

Aujourd’hui, mes collègues du Conseil ont adopté à l’unanimité la motion que j’ai présentée concernant le financement des organismes communautaires qui soutiennent les survivants de la violence familiale et d’agressions sexuelles. Les fonds investis viendront des retenues de salaire décidées à l’encontre du conseiller Chiarelli pour 2020 et 2021. Le commissaire à l’intégrité a conclu en effet que le conseiller Chiarelli a contrevenu aux articles 4 et 7 du code de conduite, et le Conseil a accepté la recommandation du commissaire, à savoir une suspension de salaire d’une durée de neuf mois.

J’y vois une occasion de transformer une situation terrible en une action positive. Je remercie toutes les femmes courageuses qui ont osé parler des comportements intolérables qu’elles ont dû affronter. En présentant cette motion, j’espère leur rendre hommage, même de manière modeste, et aider d’autres personnes qui font face à des attitudes aussi désobligeantes.

Dernières nouvelles sur la COVID-19 et le budget

La COVID-19 sévit encore dans la ville. La Dre Etches a expliqué devant le Conseil municipal que les dernières infections en date sont principalement attribuables à des personnes qui ne respectent pas les consignes, et non aux réouvertures. Elle nous a communiqué en outre les renseignements suivants :

  • on observe des taux d’infection supérieurs chez les personnes de moins de 40 ans;
  • le nombre de tests reste stable, et on constate une légère augmentation de tests positifs, le nombre restant toutefois inférieur à 1 % en moyenne;
  • Santé publique Ottawa (SPO) fournit des renseignements utiles sur les écoles, à l’adresse des parents, sur ce site Web.

La spécialiste a également présenté ces deux graphiques, qui illustrent le défi que nous devons relever pour ralentir la propagation de la COVID-19 et réduire le nombre d’infections dans nos quartiers :

La COVID-19 a eu des répercussions considérables sur la situation financière de la Ville. Les mesures de soutien récentes des gouvernements provincial et fédéral sont efficaces, mais des pressions considérables s’exercent tout de même sur le budget. Voici un résumé de l’information dont nous disposons pour l’instant à cet égard.

  • Dans le cadre de ce poste de dépense, la Ville va recevoir quelque 49 millions de dollars pour composer avec les coûts et les contraintes de fonctionnement résultant de la COVID‑19 pour 2020, ce qui représente environ 75 % des pressions financières qui s’exercent sur le budget et qui ne sont pas liées au transport en commun.
  • Au titre du poste de dépense que constitue le transport en commun, la Ville va recevoir une somme de 74 millions de dollars pour alléger les pressions exercées par la COVID-19 dans une proportion de 92 %, pour la période du 1er avril au 30 septembre 2020.
  • Le financement total alloué à la Ville à ce jour, au titre des contraintes opérationnelles municipales et du transport en commun représente 64,9 % du déficit budgétaire de 192 millions de dollars prévu pour l’exercice 2020 à Ottawa.

Le directeur municipal et son équipe continuent d’étudier de nouveaux moyens pour s’assurer que nous déployons tous les efforts pour résoudre ces problèmes financiers. Vous pouvez voir la présentation du directeur et celle de SPO.

Règlement temporaire sur le port du masque

Nous savons que les masques contribuent réellement à ralentir la propagation de la COVID‑19. À la réunion précédente du Conseil municipal, la Ville a promulgué un règlement temporaire qui rend le port du masque obligatoire dans les espaces publics intérieurs. Aujourd’hui, le Conseil a approuvé à l’unanimité la prorogation du règlement et en a élargi l’application aux aires communes des immeubles d’appartements et des immeubles en copropriété. Le règlement permet en outre la création d’aires où le masque pourrait être exigé à l’extérieur. Il s’agit d’un outil supplémentaire qui pourra servir dans les endroits qui posent problème. Aucun n’a encore été désigné, mais grâce à ces dispositions, nous pourrons agir rapidement dès l’apparition de points chauds. Le règlement reste en vigueur jusqu’au 31 octobre au moins, et le Conseil pourrait à nouveau en prolonger l’application.

Je sais que vous êtes nombreux à bien accueillir ce changement. Beaucoup d’entre vous qui vivez dans des immeubles d’appartements m’avez dit souhaiter être mieux protégés, notamment par une meilleure signalisation dans les immeubles et, en particulier, dans les ascenseurs. Je sais qu’il reste encore du travail à faire sur ce front et j’ai fait part de vos commentaires directement à la Dre Etches, qui m’a assurée, au Conseil, que SPO reste déterminée à trouver de meilleurs moyens de soutenir la population. Je travaillerai d’ailleurs avec SPO à chercher d’autres ressources possibles et la façon d’en tirer parti pour améliorer encore la situation.

Règlements sur la gestion des logements locatifs et la lutte antiparasitaire

Le Conseil municipal a adopté de nouveaux règlements sur la gestion des logements locatifs et sur la lutte antiparasitaire. Comme présidente du comité responsable de ces travaux, j’ai pu constater de première main l’importance de bien faire les choses.

L’an dernier, le comité et le Conseil ont approuvé un cadre de réglementation concernant les logements locatifs, en réponse aux inquiétudes formulées à l’égard de l’augmentation des locations à court terme dans la ville, de la qualité des logements locatifs, du faible taux d’inoccupation et du besoin grandissant de logements abordables.

L’approbation du cadre en question a permis au personnel d’élaborer un régime réglementaire couvrant les locations à long et à court termes. Les améliorations sont nombreuses : obligation des propriétaires de tenir un registre des demandes formulées par les locataires, renseignements à fournir aux locataires et amendes infligées aux propriétaires qui ne font pas l’entretien nécessaire dans les délais prévus. Au bout du compte, je crois que ces changements vont recadrer les attentes des propriétaires et des locataires et améliorer la qualité des logements locatifs. Je suis consciente qu’il reste de quoi faire, mais nous progressons sensiblement. J’espère que le personnel arrivera à présenter plus tard cette année les dispositions sur les locations à court terme.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à m’écrire, à cette adresse.