Le point sur la COVID-19 dans Kanata-Nord : le 10 septembre

Le 10 septembre est la Journée mondiale de la prévention du suicide. La COVID-19 ajoute des difficultés particulières à la vie de beaucoup de gens. Certes, la prévention du suicide est complexe, mais pourquoi ne pas commencer par de petites choses? Aujourd’hui, je souhaite donc que nous nous entraidions pendant ces temps difficiles. Par ailleurs, il n’y a pas de honte à ne pas se sentir bien, alors n’hésitez pas à recourir aux nombreuses ressources de toutes sortes offertes dans la ville si vous avez besoin d’aide.

Beaucoup ont eu une semaine très chargée, entre autres à cause de la rentrée. En classe ou en ligne, je souhaite que celle‑ci soit stimulante et sûre pour tous! Je m’inquiète en revanche du nombre croissant de personnes directement touchées par le virus, dans notre population. Étant mère, je sais à quel point un diagnostic positif est stressant pour une famille. Nous devons conjuguer nos efforts pour limiter le nombre d’infections parmi nous. La meilleure façon de réduire l’exposition à la COVID-19 est de respecter les consignes de Santé publique Ottawa (SPO), soit : rester à bonne distance des autres, limiter les contacts étroits aux membres de notre famille proche, se laver fréquemment les mains et porter un masque quand il est difficile de pratiquer la distanciation physique. Allez, Kanata-Nord! Je suis convaincue qu’ensemble, nous y arriverons!

Tableau de bord de la COVID-19
Tous les jours, SPO affiche l’information la plus à jour sur un tableau de bord, que vous pouvez consulter sur ce site Web. Vous y trouverez de nombreuses statistiques. Voici quelques exemples des mesures que je suis de près, en plus du nombre de cas.

  • Nombre de cas
    • Il s’agit du nombre de cas positifs dans la Ville, confirmés par un test. Cette mesure est un élément essentiel de la situation d’ensemble de la Ville au regard de la COVID‑19. Il importe toutefois de savoir que les tests ne donnent qu’une idée des taux d’infection réels dans la population. Au cours de la semaine, 144 nouveaux cas ont été confirmés :
      • Samedi : + 33 cas
      • Dimanche : + 21 cas
      • Lundi : + 25 cas
      • Mardi : + 36 cas
      • Mercredi : + 17 cas
      • Jeudi : + 12 cas
    • Nous ne déplorons aucun décès cette semaine. À ce jour, le total est de 3 163 cas et 267 décès.
  • Hospitalisations
    • Le nombre d’hospitalisations permet de comprendre la capacité d’accueil des hôpitaux au regard de la demande. Il y a actuellement 12personnes atteintes de la COVID‑19 dans les hôpitaux, et une aux soins intensifs. Il y a eu à ce jour 291 hospitalisations au total, dont 68 aux soins intensifs.
  • Éclosions
    • Il y a 15 éclosions en cours à Ottawa. Cette donnée est essentielle, puisqu’elle concerne des endroits à très haut risque, notamment les foyers de soins de longue durée, les maisons de retraite et les hôpitaux. La COVID‑19 peut s’y propager rapidement et il est donc important de tout faire en notre pouvoir pour y réduire au minimum le risque de contamination. Un foyer et une résidence de Kanata-Nord sont actuellement touchés : Forest Hill Long Term Care Home et Timberwalk Retirement Community.
  • Capacité du système de soins de santé
    • Plus il y a de cas de COVID-19 dans la ville, plus il risque d’y avoir des hospitalisations, ce qui influe sur la capacité de notre système de soins de santé. Ce fait revêt une importance particulière à l’approche de la saison de la grippe. La section du tableau de bord consacrée à la capacité du système montre le pourcentage de lits occupés. Actuellement, 11 % des lits dotés de respirateurs sont occupés, aux soins intensifs.
  • Santé publique
    • Il est très important que les chargés de cas de SPO communiquent avec les personnes dont l’infection est confirmée 24 heures au plus après le signalement des cas. L’objectif est d’y arriver dans 90 % du temps, et le chiffre actuel est de plus de 94 %, ce qui représente une augmentation par rapport à la semaine dernière. Il importe par ailleurs que ces personnes soient contactées dans les 24 heures, ce qui se produit dans 85 % du temps. C’est moins que la semaine dernière. Toutefois, SPO a annoncé la mise en œuvre de nouvelles stratégies, dont l’embauche d’étudiants, pour accroître le suivi des contacts. Par ailleurs, le Service a une capacité de mobilisation en cas de pointe.
  • Nombre de contacts par cas infecté
    • Actuellement, le nombre moyen de contacts par cas infecté est de 4,1. C’est une augmentation par rapport à la semaine dernière. Ce chiffre représente le nombre moyen de personnes qui ont été en contact avec un cas positif confirmé. C’est une donnée très importante : plus le chiffre est élevé, plus le virus risque de se propager dans la population. Plus il est faible, plus il est facile d’identifier les contacts étroits et de ralentir la contamination. Depuis quelques semaines, la moyenne augmente à cause des réouvertures successives. Le meilleur moyen d’avoir une incidence positive sur cette mesure est de suivre les conseils de SPO, soit : respecter la distanciation physique chaque fois qu’il est possible de le faire, se laver les mains et porter un masque.

Rapports supplémentaires

SPO fournit aussi régulièrement des rapports supplémentaires, au fil des semaines. Vous les trouverez en cliquant sur ce lien. Personnellement, je suis de près le rapport épidémiologique. On y trouve des renseignements sur la nature et la source des infections qui circulent dans la ville. Le dernier en date, publié le 8 septembre 2020, fait état de ce qui suit :

  • Le nombre de cas rapportés la semaine dernière (136, du 31 août au 6 septembre) est supérieur au total de la semaine précédente (125, du 24 au 30 août).
  • La semaine dernière, le nombre de cas signalés a augmenté parmi les personnes âgées de 80 ans et plus, ainsi que chez les 60 à 79 ans.
  • Dans les autres groupes d’âge (0-19, 20-39, 40-59), le nombre de cas est stable depuis quelques semaines.
  • Aucune source n’a été mise au jour pour 19 % des 197 personnes qui ont manifesté des symptômes du 23 août au 5 septembre 2020, mais qui n’étaient pas dans un établissement de soins. Ce sont des cas de « contagion communautaire ». Leur nombre est légèrement inférieur à ce qu’il était la semaine dernière.
  • Six nouveaux cas ont mené à une hospitalisation la semaine dernière. Au total, 291 (9 %) résidents d’Ottawa ont été hospitalisés parce qu’ils étaient atteints de la COVID-19, dont 68 (2 %) aux soins intensifs.
  • Trois nouvelles éclosions dans des établissements de soins ont été déclarées la semaine dernière. C’est six de moins que la semaine précédente.
  • On n’a rapporté aucune nouvelle éclosion dans les garderies et les camps cette dernière semaine.
  • Quatre éclosions sont en cours dans les garderies et les camps.

 

Mises à jour sur les dossiers de la Ville

    • Le statut actuel de la ville est « orange », ce qui signifie que la situation est grave, mais que notre système de soins de santé peut prendre en charge de nouveaux cas.
    • Le nombre quotidien de nouveaux cas n’est pas descendu sous la barre des 10 depuis juin.
    • Les volumes de test sont stables, avec une légère augmentation du pourcentage de tests positifs
      • Ce pourcentage reste inférieur à 1 % en moyenne.
  • La Dre Vera Etches, médecin-chef en santé publique d’Ottawa, a montré à quel point le virus se transmet facilement à l’aide du diagramme ci‑dessous et d’un exemple véridique, que je reprends ici. Dix amis se rejoignent dans un chalet, alors qu’une personne parmi eux est porteuse du virus. Au bout de quelques jours, certains rentrent chez eux et commencent à manifester des symptômes. Ils risquent à leur tour de transmettre la maladie à d’autres personnes particulièrement sensibles au virus, avec lesquelles ils seront en contact étroit. Voilà comment une personne peut propager rapidement le virus à de nombreuses autres. Le meilleur moyen de réduire le risque d’exposition est de restreindre notre cercle social.

  • Hier, le Conseil municipal a reçu la dernière version en date du plan de reprise économique de la Ville dans le contexte de la COVID 19. Le personnel de la Ville prend divers moyens pour soutenir les entreprises de la région pendant l’automne et l’hiver, notamment :
    • approbation d’une motion visant à prolonger jusqu’à la fin de décembre la durée d’application de la modification qui assouplit le règlement de zonage, et annulation des frais normalement exigés des restaurants et des commerces de détail pour l’aménagement d’une terrasse;
    • création de la page Web intitulée « Soutien économique et récupération », invitation à encourager les entreprises locales, report des taxes foncières des propriétaires admissibles, élaboration d’une trousse d’outils favorisant la réouverture sécuritaire des entreprises, réduction des frais et accélération du processus d’approbation de l’aménagement de nouvelles terrasses;
    • approbation d’une motion visant la création d’un groupe de travail temporaire sur les questions de gouvernance liées à la relation entre les zones d’amélioration commerciale et la Ville, et recherche de nouveaux moyens de bonifier ces partenariats (je ferai d’ailleurs partie de ce groupe de travail).
  • Plus tôt cette semaine, SPO a publié les plus récentes données sur les cas confirmés de COVID‑19 par quartier, à Ottawa. En plus du nombre cumulatif, par quartier (pour 100 000 habitants), de personnes chez qui la COVID‑19 a été officiellement diagnostiquée, ces données comprennent maintenant des statistiques sur les 30 et les 14 derniers jours écoulés. Il importe de souligner qu’il ne s’agit pas d’une carte des « points chauds » de l’infection. Elle montre des taux cumulatifs et la répartition des cas par quartier. La COVID‑19 reste présente dans chaque quartier de la ville. Par ailleurs, cette carte ne rend pas nécessairement compte du lieu où la maladie a été contractée.
  • Consciente que les circonstances sont particulièrement difficiles pour de nombreux parents, SPO s’efforce d’aider les familles, en fournissant entre autres divers renseignements, que j’ai compilés en un bulletin de mise à jour publié plus tôt cette semaine. Le bulletin comprend des ressources et des pratiques modèles, des renseignements sur la nécessité de s’isoler et plus encore. Par ailleurs, SPO a affecté deux équipes au soutien des écoles. Voici le mandat de chacune.
    • L’équipe de soutien aux écoles pour la COVID-19 réunit un personnel chevronné, plus 45 infirmières et infirmiers en santé publique (ISP), qui seront formés pour aider les écoles au regard des éléments les plus importants. Les ISP fournissent des aide-mémoire qui permettent à la direction des établissements de veiller à ce que les plans et pratiques prévus soient appliqués conformément aux exigences de SPO en matière de prévention et de contrôle des infections. Ils travailleront également auprès des écoles privées d’Ottawa et des quatre plus grands établissements d’enseignement postsecondaire de la ville.
    • L’équipe d’intervention en réponse aux grappes dans les quartiers travaillera avec l’équipe d’épidémiologie de SPO à repérer les quartiers où se trouvent des grappes de cas de COVID‑19 afin d’y intervenir rapidement par une action continue. L’équipe mènera des enquêtes et examinera les données pour déterminer les facteurs communs, les obstacles et les inégalités qui peuvent être à l’origine de la propagation accrue de la COVID-19.
  • Conformément aux directives provinciales, on parle d’éclosion dans une école quand des analyses en laboratoire confirment un diagnostic de COVID-19 pour deux personnes ou plus, parmi les élèves ou le personnel (ou des visiteurs), entre lesquelles il existe un lien épidémiologique, au cours d’une période de 14 jours, s’il est raisonnablement possible d’établir que l’une au moins de ces personnes a contracté la maladie à l’école. Une éclosion est considérée comme terminée quand il s’est écoulé au moins 14 jours sans signe probant d’une transmission continue pouvant raisonnablement être reliée à une exposition dans l’établissement en question. Il incombe à SPO :
    • de faire enquête sur les grappes de cas liés aux établissements scolaires;
    • de déterminer s’il y a éclosion, de déclarer l’existence d’une éclosion et d’en déclarer la fin;
    • de fournir conseils et recommandations sur les mesures de contrôle aux établissements touchés par une éclosion;
    • de recommander des mesures d’isolement des cohortes et, éventuellement, de fermer l’école partiellement ou complètement, selon l’ampleur de l’éclosion;
    • de faire des recommandations concernant le dépistage (qui et quand tester), dans le cadre de la stratégie de dépistage globale de la province et, dans certains cas, de faciliter une démarche coordonnée de dépistage, en collaboration avec Santé Ontario, en attribuant notamment un numéro d’enquête ou d’éclosion;
    • dans le cadre de l’examen de l’éclosion, enquêter sur place, au besoin, en coordination avec l’école et le conseil scolaire et d’autres parties prenantes.

Enfin j’encourage tous les utilisateurs de téléphone intelligent à télécharger la nouvelle application Alerte COVID, qui émet une alerte en cas d’exposition potentielle au virus. Il faut noter que plus les gens seront nombreux à télécharger l’application, mieux elle permettra de stopper la propagation de la maladie. Une personne dont le test est positif peut le faire savoir au moyen de l’application, de manière anonyme, sans communiquer ses renseignements personnels. Les usagers de l’application susceptibles d’avoir été en contact avec cette personne reçoivent une alerte et peuvent ensuite passer un test à leur tour pour éviter de contaminer leurs parents et amis et éviter de propager la maladie dans toute la population.

 

Gens de Kanata-Nord, prenez soin de vous et soyez prudents!

N’hésitez pas à communiquer avec moi si vous avez besoin de quoi que ce soit.

Jenna Sudds