Le point sur la COVID-19 dans Kanata-Nord : le 1er octobre

Nous continuons de constater une augmentation du nombre de personnes qui ont obtenu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 dans notre ville. Il y a également un nombre croissant d’éclosions dans les écoles et les centres de garde d’enfants. Je sais que cette augmentation est inquiétante pour beaucoup de gens dans notre communauté, moi y compris. Plusieurs d’entre vous ont communiqué avec nous pour savoir comment appuyer l’intervention de la Ville face à la pandémie de COVID­19. La solution est d’être COVID avisé. C’est notre meilleur moyen d’empêcher la COVID-19 de s’introduire dans les écoles et les entreprises.

Je vous demande de prendre des décisions éclairées et de limiter vos contacts étroits aux membres de votre ménage et à deux personnes essentielles. Nous avons tous un rôle important à jouer pour réduire le risque d’exposition. Si nous ne collaborons pas aux efforts, nous risquons d’enclencher un retour en arrière, entraînant de nouvelles restrictions et de potentielles fermetures d’écoles et d’entreprises. Travaillons ensemble, Kanata-Nord, pour éviter ce risque.

Enfin, je vous demande à tous d’envisager de télécharger l’application Alerte COVID. L’application permet d’aviser les personnes en cas d’exposition potentielle avant même que des symptômes apparaissent. Alerte COVID peut nous aider à briser le cycle d’infection. L’application est simple à utiliser, gratuite et efficace.

 

Tableau de bord de la COVID‑19
Santé publique Ottawa (SPO) publie quotidiennement un tableau de bord mis à jour avec l’information la plus récente. Vous pouvez le consulter ici. Il comprend de nombreux indicateurs et, en plus du dénombrement des cas, voici ceux que je surveille de près :

  • Nombre de cas
    • Il s’agit du nombre de cas positifs dans notre ville, confirmés par un test. Cet indicateur est essentiel pour obtenir une vue d’ensemble de la situation de la COVID-19 dans notre communauté. Cependant, il faut savoir que le dépistage ne donne qu’une idée des taux d’infection réels dans la population. Au cours de la dernière semaine, 469 nouveaux cas ont été confirmés :
      • Vendredi : +41
      • Samedi : +45
      • Dimanche : +58
      • Lundi : +90
      • mardi : +105
      • mercredi : +64
      • jeudi : +66
    • Malheureusement, il y a eu 9 décès cette semaine. Cela porte le total cumulatif de la ville à 4 388 personnes infectées par la COVID-19 et, tragiquement, à 289 personnes décédées.
  • Hospitalisations
    • Le nombre d’hospitalisations est un important indicateur qui permet de comprendre la capacité d’accueil des hôpitaux au regard de la demande. À l’heure actuelle, 17 personnes sont hospitalisées et 3 personnes sont à l’unité de soins intensifs (USI). Au total, 317 personnes ont été hospitalisées et 74 admises à l’USI.
  • Éclosions
    • Il y a 48 éclosions en cours à Ottawa. Cette information est essentielle puisqu’elle concerne des endroits à très haut risque, notamment des foyers de soins de longue durée, des maisons de retraite, des hôpitaux, des écoles et des centres de garde d’enfants. La COVID-19 peut s’y propager rapidement et c’est pourquoi il est important de tout faire en notre pouvoir pour y réduire au minimum le risque de propagation.
  • Capacité du système de soins de santé
    • Plus il y a de cas de COVID-19 dans notre ville, plus il peut y avoir de patients hospitalisés, ce qui risque de réduire la capacité de notre système de soins de santé. Ce fait revêt une importance particulière à l’approche de la saison de la grippe. La section du tableau de bord consacrée à la capacité du système montre la proportion des lits occupés. À l’heure actuelle, 15 % des lits de l’USI dotés de respirateurs sont occupés.
  • Santé publique
    • Il est très important que les chargés de cas de SPO communiquent avec les personnes dont l’infection est confirmée dans un délai d’au plus 24 heures après avoir été avisé du résultat. L’objectif est de respecter ce délai dans 90 % des cas. Actuellement, les agents n’y arrivent que 57 % du temps en raison du nombre élevé de cas. Il importe par ailleurs de communiquer avec les contacts de ces personnes infectées dans les 24 heures, ce qui se produit dans 80 % du temps. C’est moins que la semaine dernière, mais SPO travaille avec les partenaires provinciaux pour accroître la capacité de l’équipe chargée de cette tâche.
  • Nombre de contacts par cas infecté
    • Actuellement, le nombre moyen de contacts par cas infecté est de 5,9, une augmentation par rapport à la semaine dernière. Ce chiffre représente le nombre moyen de personnes qui ont été en contact avec une personne dont le résultat au test de dépistage est positif. C’est une donnée très importante : plus le chiffre est élevé, plus le virus risque de se propager dans la population. Plus ce nombre est faible, plus simple est la recherche de contacts étroits et plus la propagation du virus est limitée. Depuis les dernières semaines, ce nombre continue d’augmenter puisque certaines personnes ont participé à des rassemblements privés et ont regrettablement élargi leur cercle social, ce qui va à l’encontre des directives de SPO. Le meilleur moyen de contribuer à réduire ce nombre est de suivre les directives de SPO, soit de maintenir une distance physique autant que possible, de se laver les mains et de porter un masque.
  •  Taux de reproduction : 
    • Le taux de reproduction (Rt) représente le nombre moyen de cas qui découlent des contacts d’une personne infectée pendant sa période de contagiosité. Actuellement, la dernière moyenne calculée sur 7 jours est de 1,05, ce qui signifie que chaque nouveau cas en cause en moyenne plus d’un autre, ou en d’autres mots, que le virus se propage. Un nombre inférieur à un indique au contraire que la propagation ralentit.

 

Rapports supplémentaires

SPO fournit aussi régulièrement des rapports supplémentaires (que vous trouverez ici) qui recensent des renseignements sur la nature et la source des infections qui circulent dans la ville. Personnellement, je suis de près le rapport épidémiologique. Le dernier en date, publié le 30 septembre 2020, fait état de ce qui suit :

  • On observe une augmentation de 30 % de cas par rapport à la semaine précédente (du 14 septembre au 20 septembre).
  • Au cours de la dernière semaine, les taux de cas rapportés ont continué d’augmenter pour tous les groupes d’âge. Les taux étaient plus élevés dans le groupe d’âge de 20 à 39 ans, suivi des groupes d’âge de 0 à 19 ans et de 80 ans et plus.
  • Parmi les enfants d’âge scolaire, les taux de cas signalés ont continué d’être plus élevés chez les 13 à 19 ans (école secondaire). Le taux de cas signalés a augmenté pour tous les groupes d’âge au cours des trois dernières semaines.
  • Aucune source d’infection n’a été déterminée parmi 10 % des 704 cas non signalés en établissement et qui ont été déclarés entre le 13 septembre et le 26 septembre. Ces cas sont réputés avoir été transmis dans la communauté.
  • Nous observons une augmentation de plus du double de personnes hospitalisées par rapport à la semaine précédente. Le nombre d’admis à l’USI est stable. Un total de 317 (7 %) des résidents d’Ottawa atteints de la COVID-19 ont été hospitalisés, dont 74 (2 %) aux soins intensifs.
  • Sept décès ont été signalés au cours de la dernière semaine, dont six étaient associés à une éclosion de COVID-19 dans un établissement de santé. Au total, 287 personnes sont décédées.
  • Onze nouvelles éclosions en milieu de soins de santé ont été signalées au cours de la dernière semaine, ce qui constitue une augmentation importante par rapport à la semaine précédente. Il y a 25 éclosions en cours dans des établissements de soins de la santé.
  • Il y a eu six nouvelles éclosions dans des garderies cette dernière semaine. Seize éclosions sont en cours dans les établissements de garde d’enfants.
  • Cinq nouvelles éclosions ont été signalées dans des écoles d’Ottawa, ce qui porte à neuf le nombre d’éclosions en cours dans des écoles.

 

Le point sur les dossiers de la Ville

  • Il est important de rappeler qu’il n’est pas obligatoire de fournir un résultat négatif à SPO pour retourner à l’école ou au travail. Si les symptômes ont disparu, les personnes qui ont reçu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 peuvent retourner au travail ou à l’école après 14 jours d’isolement. Veuillez noter que si les écoles ou les employeurs de la région ont institué une politique demandant un certificat médical ou une preuve de test avant que les personnes puissent reprendre leurs activités normales, ce n’est pas une recommandation de SPO. Pour donner suite à cette demande, SPO a élaboré une Attestation pour le retour à l’école de l’élève à la suite d’une maladie à l’intention des familles dont les enfants retournent à l’école. Vous pouvez trouver plus de conseils en vue de la rentrée scolaire sur mon site Web.
  • Hier, la Dre Vera Etches a fait part de ses préoccupations relativement à la hausse du nombre de cas de COVID-19 et le nombre de contacts étroits que tous entretiennent. Nous devons limiter nos contacts étroits, sinon des entreprises et des écoles risquent de fermer. Elle recommande de limiter nos contacts étroits aux membres de notre ménage et à deux personnes qui nous viennent en aide.
  • Les données recueillies par SPO auprès de ceux et celles ayant reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 dans les deux premières semaines de septembre montrent que :
    • 1 cas confirmé sur 2 est attribué à une transmission dans le ménage. Il est important de noter que la première personne du ménage à avoir la COVID-19 l’a contractée dans la communauté.
    • 1 personne sur 4 parmi celles ayant obtenu un résultat positif au test de dépistage a été exposée au virus en dehors de son ménage, lors d’interactions sociales à l’intérieur ou à l’extérieur. Les rassemblements sociaux sont un vecteur de transmission important à Ottawa.
  • Les personnes sont exposées au virus dans divers milieux. SPO a créé une infographie pour illustrer les différents lieux d’exposition à Ottawa en vue d’en dresser un portrait.

  • SPO s’est associé à l’Étude des quartiers d’Ottawa pour présenter chaque mois des données relatives aux taux et au nombre de cas de COVID-19. Vous trouverez les données recensées jusqu’au 31 août dans la section des produits cartographiques du site Web de SPO. Cet outil ne peut être utilisé pour repérer les secteurs fortement touchés d’Ottawa; il montre plutôt le total cumulatif des cas de COVID-19 confirmés et leur répartition dans les quartiers. La COVID­19 est présente dans chaque secteur de la ville. En général, la densité de la population dans les régions urbaines est plus élevée, ce qui peut favoriser la transmission. De plus, les déterminants sociaux de la santé, comme le revenu et l’origine ethnique, peuvent contribuer aux différences dans la prévalence des maladies et les comportements en matière de santé.
  • N’oubliez pas que la période d’avertissement stipulée dans le Règlement temporaire sur le port obligatoire d’un masque est maintenant terminée. Les agents continueront de se concentrer sur l’éducation, mais ils pourront donner des contraventions lorsque les avertissements sont jugés insuffisants.
  • À compter d’aujourd’hui, le patinage libre est permis dans cinq arénas de la ville. Vous pourrez consulter les horaires de patinage en ligne. Une limite de 25 patineurs est imposée à chaque patinoire, et vous pouvez réserver une période de patinage de 50 minutes jusqu’à deux jours à l’avance. Le patinage libre sera possible dans les arénas suivants :
    • Complexe récréatif Bob-MacQuarrie – Orléans
    • Aréna de la Côte-de-Sable
    • Complexe récréatif CARDELREC – Goulbourn
    • Complexe récréatif Minto – Barrhaven
    • Aréna Bell-Centennial
  • La période d’inscription aux programmes des loisirs et artistiques de la ville commence le lundi 5 octobre. Vous pouvez trouver les cyberguides sur le site Web de la Ville. Chaque programme a été ajusté de manière à être conforme aux directives relatives à la COVID-19.

 

Le point sur les dossiers du gouvernement provincial

  • En réponse au nombre croissant de personnes qui ont eu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 et en suivant les conseils du médecin chef en santé publique, le gouvernement de l’Ontario a mis en place la semaine dernière de nouvelles restrictions pour réduire le risque de propagation. Voici les changements en place depuis le 26 septembre :
    • Interdire la vente de l’alcool après 23 h et interdire la consommation d’alcool sur place de minuit à 9 h (s’applique également aux employés). De plus, les établissements doivent être fermés à minuit et le rester jusqu’à 5 h, à l’exception de ceux qui offrent des services de livraison et de commandes à emporter.
    • Fermer tous les clubs d’effeuillage de la province.
    • Exiger des entreprises et des organismes qu’ils suivent les conseils, les recommandations et les instructions du médecin chef en santé publique en matière de dépistage de la COVID-19.
  • Pour protéger les résidents, le gouvernement de l’Ontario a publié un plan qui permettra la détection rapide, la prévention et l’intervention en cas de nouvelles flambées et de vagues du virus. Le plan de préparation sanitaire de 2,8 milliards de dollars pour lutter contre la COVID-19 cet automne, Protéger les Ontariens – Se préparer à de futures vagues de COVID-19, a pour objectif de s’assurer que les systèmes de soins de santé, de soins de longue durée et d’éducation de la province sont prêts à affronter les difficultés immédiates de cet automne, à savoir une deuxième vague du virus et la saison de la grippe qui approche. Voici ses six principaux volets :
    • le maintien des mesures de santé publique, dont l’augmentation continue du nombre de tests et la gestion des contacts récents;
    • la mise en œuvre de la campagne de vaccination contre la grippe la plus vaste de l’histoire de notre province;
    • la détection rapide, la gestion et la prévention des éclosions;
    • le rattrapage accéléré des retards dans la prestation des services de santé;
    • la préparation à de fortes augmentations du nombre de cas de COVID-19;
    • le recrutement, la fidélisation, la formation et le soutien des travailleurs du milieu de la santé, conjugués à la mobilisation continue des familles et des aidants.
  • Le gouvernement de l’Ontario a publié une mise à jour de la modélisation sur la COVID-19 qui montre une augmentation du nombre de cas confirmés de COVID-19. Cette flambée peut être considérée comme le début d’une deuxième vague de la pandémie dans la province. Voici les points saillants de la mise à jour de la modélisation :
    • L’Ontario est actuellement sur une trajectoire ascendante similaire à ce qu’ont connu des administrations qui lui ressemblent (Victoria, l’Australie et le Michigan aux États­Unis).
    • Les cas doublent actuellement tous les 10 à 12 jours environ.
    • La croissance des cas est visible dans toutes les tranches d’âge.
    • Selon les prévisions, l’Ontario pourrait compter environ 1 000 cas par jour au cours de la première moitié du mois d’octobre.
    • Le taux d’occupation de l’USI est actuellement stable, mais on prévoit une hausse probable des admissions avec l’augmentation du nombre de patients atteints de la COVID-19 hospitalisés.
    • L’Ontario pourrait voir entre 200 et 300 patients atteints de la COVID-19 dans les lits de l’USI par jour si les cas continuent à augmenter.
    • Afin de réduire la propagation et le nombre de nouveaux cas, il est essentiel que les Ontariens continuent à respecter les mesures de santé publique, notamment en évitant les grands rassemblements, en respectant la distanciation physique et en se couvrant le visage.

 

Le point sur les dossiers du gouvernement fédéral

  • En espérant réduire les temps d’attente et augmenter la capacité des centres d’évaluation de la COVID-19, Santé Canada a annoncé l’approbation d’un nouveau test de dépistage rapide par prises d’écouvillons nasaux.

Soyez prudents, soyez COVIDavisé.

Faites attention à vous.

Jenna Sudds